Sidebar

06
Tue, Dec

EN PLUS

AFRIQUE

FINANCES

Symbol Company Name Price Change Change Volume
YHOO Yahoo! Inc. 40.20 +0.13 +0.32% 0
GOOG Alphabet Inc. 762.52 +12.02 +1.60% 0
AAPL Apple Inc. 109.11 -0.79 -0.72% 0

AUSSI

Grid List

Du respect mais aucune crainte. C’est dans cet état d’esprit que travaille Michel Dussuyer avec un groupe duquel devra émerger un 11 loin d’être aussi évident. Mais le plus important est d’avoir du répondant face au Mali qu’il connait bien.

Michel Dussuyer, à quelques jours du choc avec le Mali, quels sont les aspects de votre groupe que vous travaillez ?

Nous avons axé le travail sur la récupération du ballon avec différents types de bloc équipe. Nous avons également travaillé sur plusieurs sortes de situations défensives et après, huilé notre animation offensive. Les garçons ont bien réagi et on est optimiste pour la suite.

Comment gérez-vous votre groupe qui continue d’arriver en escalier avec des joueurs qui ont plus de temps de jeu que d’autres ?

C’est vrai, Il y a des garçons qui ont beaucoup joué et que nous avons mis en phase de récupération. C’est le cas de Bony, Bailly, Seri qui ont été mis au repos aujourd’hui. Mais ils vont bien et ils seront là pour la prochaine séance. Nous essayons donc de personnaliser la préparation pour que tous arrivent au samedi avec un niveau sensiblement uniforme.

Ce match face au Mali est-il le plus important dans ce groupe C composé du Maroc et du Gabon, surtout qu’il répond à un derby sous-régional ?

J’ai toujours dit que tous les matches sont importants. Après c’est le premier match de poule pour la qualification pour la Coupe du Monde, en plus c’est un derby que tout le monde veut gagner. Nous respectons toutes les équipes, mais nous n’en craignons pas une particulièrement. Parce que si l’équipe du Mali a des qualités, nous en avons aussi à faire valoir. Nous jouerons chez nous à Bouaké, et nous devons nous faire respecter.

Alain Giresse met la pression en indiquant qu’il a bien étudié votre équipe. En avez-vous fait autant et qu’est ce qui ressort de cette étude ? 

J’étudie toutes les équipes adverses en détail. Après je connais très bien l’équipe du Mali que j’ai eu à affronter à plusieurs reprises. C’est un autre profil avec de jeunes joueurs techniques. Ils ont en tout cas des arguments et surtout ils auront à cœur de nous bousculer dans ce derby. Mais nous aurons du répondant.

La sélection ivoirienne enregistre le retour d’anciens tels que Serey Dié et Bony Wilfried. Prendront-ils leur place dans le groupe ou devront-ils la gagner comme Bony déjà en concurrence avec Kodjia ?

Ils étaient là, c’est juste un retour après avoir gagné du temps de jeu et c’est bien. Après je ne vais pas donner le 11 entrant, on fera le point à la fin de la semaine de travail. Mais je suis content de leur retour. Après je ne suis pas contre la concurrence c’est pourquoi les postes sont doublés avec des joueurs de qualité, c’est ce que je recherche.

Serge Aurier retrouve également les Eléphants. Comment se comporte-t-il après se déboires extra-sportifs ?

 

Vous connaissez Serge comme moi. C’est un joueur de caractère qui passe par des moments difficiles. Mais il sait surmonter cela et il est complètement investi avec nous.

www.sport-ivoire.ci/

Abidjan – L’artiste chanteur, producteur et compositeur, David Tayorault, dit être « redevable aux nombreux fanatiques » qui l’ont soutenu le long de sa carrière musicale, lors d’un point de presse au cours duquel il a annoncé un concert, samedi prochain, au Palais de la culture d’Abidjan-Treichville.

David Tayorault revisitera, à cette occasion et pendant trois heures, ses chansons à succès, avec en ligne de mire l’expression de sa gratitude au public qui ne s’est jamais lassé de ses créations musicales.

Aussi, 30 artistes nationaux, et d’autres de l’étranger, se succéderont-ils sur scène pour jouer leur partition et rendre hommage à ce monument de la musique ivoirienne. Ces derniers ont la particularité de disposer chacun, d’une histoire (détection, arrangements et production) avec celui que les puristes surnomment « Totorino le Samouraï ».

David Tayorault a souligné que cette fête sera la rencontre de trois générations, celles des années 80, 90 et 2000, des catégories de public qui ont vu l’artiste naître, grandir et bonifier sa pratique musicale.

David Tayorault a démarré la musique à 16 ans. Aujourd’hui, il en a 48 et dispose de huit œuvres musicales à cheval sur des rythmes tels que le jazz, le blues, le zouk, la samba et la musique tradi-moderne. Il est également l’un des membres influents du mythique groupe « Woya » dont l’actualité sera dévoilée au cours de ce concert-anniversaire.


aaa/ask www.abidjan.net